ESSAI TOTEM SIGNATURE ONE : Une nouvelle ère musicale

Depuis sa création en 1987, soit depuis plus de trente ans, le fabricant canadien nous « régale » avec une production d’enceintes hors normes dont le succès et la réputation sont établies depuis longtemps dans le monde entier.

Son premier modèle, la MODEL ONE, avait établi de nouveaux standards de qualité pour une enceinte de monitoring de dimensions réduites. Epoustouflante, la MODEL ONE a défrayé la chronique et surpris tous ceux qui la découvrait. Après donc trente ans de bons et très loyaux services, TOTEM a décidé qu’il était temps de revoir sa copie et de remodeler la MODEL ONE en SIGNATURE ONE. Au fait, combien de fabricants peuvent se targuer de faire perdurer un modèle trente années ?

Totem Signature One

De taille légèrement supérieure à la MODEL ONE, la SIGNATURE ONE reste une enceinte de petite taille (195 mm x 350 mm x 270 mm). Elle doit donc être posée sur un pied. Le distributeur européen JOENIT en commercialise un d’excellente facture. Sinon ATACAMA dispose de pieds performants qui conviendront bien. Ne pas oublier surtout de « sabler » les montants afin de les alourdir.

Les écoutes se sont effectuées avec les enceintes situées à 30 cm du mur arrière et sur les matériels suivants : Lecteur CD NUPRIME CDP 9 et intégré NUPRIME IDA 8 puis ensuite sur, Lecteur GOLD NOTE CD 1000 et préampli/amplis (doubles-monos) NUPRIME HPA 9 et NUPRIME STA 9 (câbles/cordons Kubala Sosna et Audiomica)

Premier disque : Henri Purcell Dido et Aeneas/Teodor Currentzis/disque Alpha

Franchise des attaques sur la courte ouverture du début et qualité des timbres remarquable. On est immédiatement surpris par une très grande transparence. Sur l’air « Ah Belinda » la voix est très pure, articulée et incarnée. Indéniablement ces SIGNATURE ONE montent très haut en fréquences avec une grande élégance. L’émotion prégnante sur cet enregistrement exemplaire est parfaitement restituée avec toute la retenue nécessaire.

Second disque : Franz Liszt Etudes d’Exécution Transcendante/ Jorge Bolet/disque Decca

Le Prélude est reproduit avec fluidité et ampleur. Les attaques sont précises, plus qu’à l’accoutumée chez TOTEM. Le piano est  » lumineux » avec ampleur mais on sent qu’elle est limitée par le « petit » IDA 8 NUPRIME qui cependant fait déjà beaucoup pour faire « chanter » les SIGNATURE ONE. Aucune sensation de tassements ou de raideur. Un beau piano, juste un peu court. Et un bel ensemble NUPRIME/TOTEM !

On passe au troisième disque : Gary Moore « Blues for Greeny »

Sur le morceau « Merry Go Round » la basse est d’une présence assez incroyable avec toujours des contours très précis. Là aussi TOTEM a évolué. Les cymbales sont très fines, jamais projetées, même en montant le volume inconsidérément. Quant à la guitare de Gary, elle joue avec la fluidité légendaire du Maître. Et la voix si elle est bien présente apparaît légèrement moins mise en avant que sur l’ancienne production TOTEM.

Changement d’électroniques avec le GOLD NOTE CD 1000 et la bi-amplification NURPRIME STA 9 sur le préampli HPA 9 :

Quant on écoute à nouveau GARY MOORE, ce n’est plus tout fait la même chanson ! Tout est plus présent avec de la densité et de la matière. Les SIGNATURE ONE deviennent de Grandes Enceintes ! on se surprend à monter le volume et la pression physique est vraiment jouissive. La batterie scande le rythme d’une manière beaucoup plus soutenue. Ca joue !

Sur le disque de piano avec Jorge Bolet, écouté en second , le morceau « Mazeppa » devient un folle envolée lyrique avec un jeu phénoménal dans les notes graves. Le piano s’exprime avec toute l’amplitude nécessaire et nous avons ici le sentiment de ne jamais être « bridé » par une « petite » enceinte. La SIGNATURE ONE démontre une assise bien supérieure dans le grave par rapport au MODEL ONE et même THE ONE (série limitée dérivée de la Model One).

Enfin sur le premier disque de Purcell, on découvre des détails insoupçonnés sur les instruments anciens. L’ouverture est « pétillante », vive, presque cinglante, mais jamais raide. La voix sur l’air « Ah Belinda » respire, prend une dimension vraiment physique dans la pièce. Et que dire de l’air de la Lamentation de Didon ? Simone Kermes chante, toute en souffrance mais avec une retenue qui émeut irrésistiblement. Rien ici de « lourd » ou d’exagéré. Rien de superfétatoire comme dans tant de systèmes Hifi soi disant « haut de gamme » ! Sur le choeur conclusif la musique monte et descend avec une dynamique d’un naturel complètement inhabituel, même chez TOTEM.

Vous l’aurez compris a travers cet essai, TOTEM a surpassé TOTEM. Déjà la SKY Monitor et la SKY Tower avaient montré que la marque canadienne avait progressé vers une écoute toujours aussi vivante mais plus méticuleuse. Ici avec les SIGNATURE ONE ,TOTEM nous offre des enceintes au pouvoir de résolution incroyable. Avec une assise de graves et une tenue en puissance qui dépasse une nouvelle fois ce que nous pensions possible dans un tel volume.

A 3 599 euros la paire vous avez une TOTEM qui vous emmènera loin et longtemps, pour peu que vous lui donniez les moyens de s’exprimer. Mais cela peut se faire par étapes car les SIGNATURE ONE paraissent moins difficiles à faire fonctionner que leurs aînées.

QUE DEMANDER DE PLUS ? Peut-être la plus belle réalisation de TOTEM a ce jour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *