Essai KUZMA PS AC alimentation pour platine Kuzma Stabi S

Métamorphose d’une platine.

L’apport de l’alimentation PS AC sur la platine vinyle KUZMA STABI S est une révélation. Elle permet d’étendre les qualités intrinsèques de cette platine d’une manière impensable.


Ma pratique de la platine vinyle LINN Sondek durant de nombreuse années m’a très tôt sensibilisé à l’importance de l’alimentation et de la régulation et son influence sur l’écoute.
Avec son LINN Lingo la firme de Glasgow avait apporté une amélioration très convaincante sur sa platine. Aujourd’hui la version IV de ce Lingo fait le bonheur des aficionados de la fameuse « LP12″.
Le fabricant italien GOLD NOTE a récemment apporté à ses platines vinyles une amélioration toute aussi convaincante avec son alimentation Gold Note PST 10.

KUZMA a conçu il y a longtemps déjà sa propre alimentation externe pour la Stabi S. Ayant retenu cette platine depuis une date récente je ne connaissais pas encore cette option baptisée  » PS AC ». Considérant que la Stabi S était déjà remarquable dans sa version la plus simple, j’ai, je l’avoue, un peu tardé à me décider à tester son alimentation extérieure. Ce qui, à la lecture de ce qui précède, n’est guère une excuse valable !

Dès les premières notes, l’écoute de la Kuzma Stabi S avec la PS AC s’affiche très différente. A tel point que l’on serait tenté de se dire que l’on ne reconnait pas la platine. Mais pourtant non. Une fois passé le moment d’extrême surprise (même pour quelqu’un d’habitué comme moi !) on reconnait vite les caractéristiques fondamentales de la Kuzma Stabi S. A savoir, dynamique, rigueur, capacité de lecture, ouverture, naturel. Mais avec l’alimentation PS AC, les points forts de la platine sont transcendés.
La dynamique est désormais étendue à tout l’ensemble du spectre, la rigueur des timbres s’accompagne d’une grande richesse. Le bras de lecture semble mieux piloter la cellule (!) et le message musical est plus pertinent avec une souplesse accrue. La scène sonore s’élargit et se stabilise mieux.


Mais ce n’es pas tout. La PS AC produit également un second apport auquel on ne s’attend pas.

Tout d’abord il y a l’élargissement spectaculaire de la bande passante. Le registre grave et extrême grave sont bien mieux explorés et avec une tenue dynamique sans faille. A l’autre extrémité, l’aigue gagne en finesse et en transparence mais monte aussi plus en haut en fréquence pour atteindre d’infimes détails et des harmoniques insoupçonnées. Les voix sont presque transcendées, mais surtout elles sont véritablement incarnées.

Sur le disque du groupe Tindersticks, Across six leap years, le chanteur Stuart A. Staples, avec sa voix si caractéristique, prend une ampleur dans les graves incroyable. Chacune de ses paroles possède une articulation, une transparence qui nous fait redécouvrir les capacités vocales et le pouvoir d’expression du chanteur. Les instruments à cuivre présents sur l’album s’expriment sans raideur et avec de la matière . Mais également avec une envergure que la Kuzma Stabi S sans son alimentation est bien loin de reproduire.

Justement l’envergure, l’ouverture de la scène sonore parvient désormais avec la PS AC à un réalisme et une stabilité sans faille. La musique a pris de l’air, elle respire mieux. Même sur des enregistrements qui sont loin d’être exemplaires.
Par exemple sur le vinyle du pianiste Arthur Rubinstein jouant le concerto n°2 de Chopin avec le Philarmonique de Philadelphie dirigé par Eugène Ormandy, la prise de son (RCA) est loin d’être excellente.
Pourtant elle devient grâce à l’alimentation PS AC, presque métamorphosée. La présence du piano, se dégage enfin de l’orchestre. Celui-ci voit chacun de ses pupitres se distinguer et gagner en lisibilité. Auparavant les envolées de l’orchestre étaient bien plus confuses. Désormais tout est plus clair et se détache. Les attaques de piano sont franches et même surprenantes , d’une dynamique impressionnante.


Un dernier mot pour parler du silence. Cela peut sembler étonnant mais l’alimentation PS AC apporte un surcroit de silence à une Stabi S qui est pourtant déjà remarquable sur ce plan. C’est peut-être ceci qui permet d’apporter cela. A savoir que le silence de fonctionnement semble libérer la musique d’un carcan.

Conclusion : Il est clair que je ne m’attendais pas à une telle amélioration. Il faut considérer à mon sens qu’il y a deux platines Kuzma Stabi S : celle sans son alimentation PS AC, et celle alimentée par le PS AC.

Proposée à 4 820 euros dans sa version avec PS AC, la platine KUZMA STABIS offre une performance musicale hors norme. Elle se situe sur le podium des deux ou trois meilleures platines vinyles, même en comparaison avec des modèles bien plus onéreux.

SIgnalons pour finir que ce test a été réalisé en utilisant une « modeste » cellule HANA SL et que celle-ci s’est transfigurée par l’apport de l’alimentation PS AC.

Test d’écoute platine vinyle KUSMA STABI S

L’écoute s’est effectuée en compagnie d’une cellule MC HANA SL coutant 690 €. Il est clair que la Stabi S et son bras Stobi S peuvent être associés à de bien meilleures cellules MC qu’une HANA SL. La HANA ML par exemple aurait encore mieux convenu pour cet essai. Mais l’idée ici est de démontrer que la platine Kusma peut révéler de grandes qualités avec une bonne cellule de prix raisonnable. On peut également dire que la Stabi S a démontré de manière magistrale à quel point le rapport/qualité prix de la HANA SL est impressionnant.

Le préampli phono utilisé a été l’excellent AURORA VIDA PRIMA dont la réputation est désormais bien établie. Les enceintes retenues ont été les EGGLESTONWORKS NICO Evo. Associées aux redoutables blocs monos NUPRIME STA 9 ces enceintes ont permis d’entendre et surtout d’apprécier une multitudes de détails avec une précision et une dynamique sans faille.

Première écoute : Chants grégorien hommes et femmes

MAGYAR GREGORIUM (VOL 5) SCHOLA HUNGARICA ( Hungaroton)

Dès le diamant posé dans le sillon on est immédiatement plongé dans l’ambiance réverbérée de l’église où a eu lieu l’enregistrement. Les reprises de respiration de la part des chanteurs et chanteuses sont d’une présence confondante. A chaque fin de phrase la résonance du lieu nous plonge au cœur de celui-ci. Sur les passages comprenant chanteurs et chanteuses aucun mélange entre les voix, tout est distinct avec une intelligibilité et une articulation rare. Lorsque à un moment précis des cloches se mettent à sonner on perçoit chacune d’elles avec leur sonorité très particulière. Aucune distorsion, aucune projection. Une justesse des timbres qui là encore rend cette intervention  d’une grande limpidité et beauté. Le sentiment rare qu’il n’y a pas d’intermédiaire entre vous et la musique.

Deuxième écoute : Chant, Alfred Deller

DOWLAND Lute Songs- Lute Solos (Harmonia Mundi)

Le grand Alfred Deller et sa voix de haute-contre, si particulière et reconnaissable entre toutes.

Ici il est assez surprenant de constater à quel point cet artiste immense joue sur tous les registres de l’émotion. Quant sa voix monte, que ce soit en hauteur ou en puissante, voire les deux, l’articulation ne bouge pas d’un iota. On sent que le suivi de piste du bras Stogi S est infaillible. Ni tassement de la dynamique, ni distorsion d’intermodulation rendant la voix nasillarde. L’accompagnement au luth puis les passages sur cet instrument très particulier qu’est le pandore, sont rendus avec toutes les variations d’intensités et toute la délicatesse du toucher. Intacte, la sensation qui se dégage est bien que la reproduction est intacte.

Troisième écoute : Orgue, Lionel Rogg

FRANCOIS COUPERIN Messe Pour les Paroisses (EMI)

L’ampleur et la répartition stéréophonique sont remarquables de stabilité et de naturel, le timbre très particulier de chaque registre de l’orgue historique de l’ abbaye de Marmoutier est rendu avec clarté et finesse. Les écarts de niveaux sont très réalistes et l’on ressent un pression physique comme si l’on était tout près de l’orgue. Le registre de l’extrême grave est dépouillé de toute rondeur excessive, tout est ferme, tenu. Peut-être qu’ici la cellule HANA n’explore t-elle pas totalement ce registre ?

Quatrième écoute : Clavecin, Scott Ross

FRANCOIS COUPERIN Pièces de clavecin (Stil)

Epreuve très délicate que celle de reproduire le clavecin de l’immense artiste Scott Ross. En effet son jeu peut parfois paraître foisonnant voire un peu emporté. De plus la prise de son de l’éditeur STIL,  qui est comme à l’accoutumée avec ce label, splendide, ne laisse rien dans l’ombre. Et  avec beaucoup de platines vinyles l’écoute se révèle un peu claire voire clinquante et fatigante à la longue. Ici rien de tel. On apprécie les qualités sonores de l’instrument historique (clavecin français du XVIIIème siècle) bien installé dans la pièce. Le jeu de Scott Ross est quant à lui étourdissant tantôt de prouesse technique, tantôt de grande délicatesse. A ce titre la cellule HANA SL se révèle ici particulièrement fine et subtile.

Cinquième écoute : Rock énervé et bluesy, PJ Harvey The Peel Sessions 1992- 2004

Dès les premières attaques à la guitare basse du morceau intitulé « Oh my lover », on est prévenu. Pas de cadeau !  Toute l’énergie est transmise avec une puissance rare. La dynamique est vraiment là. Mais sans dureté ou projection. La voix de PJ Harvey râle, miaule, crie, murmure tour à tour, son expression n’est pas caricaturale mais authentique. Sincère. Brut de décoffrage mais avec des tripes, comme on dit.

Sixième écoute : Musique ethnique, Blues africain, Ali Farka Touré Savane

L’ultime album du grand maitre. La cerise sur le gâteau. La classe pour finir. Tant au niveau de l’artiste qui réalise là son magnifique « chant du cygne » que pour la reproduction sonore qu’en offre la Kusma Stami. Ecoute ciselée, chaque particularité des instruments traditionnels est respectée et s’insère dans un tout qui nous procure des vibrations tout ce qu’il y a de plus authentique. La voix est posée et s’exprime avec sérénité. Un moment totalement immersif, un voyage virtuel qui n’a rien à envier à des déplacements physiques. Nous sommes littéralement transportés .

Conclusion : La platine KUZMA Stabis S est loin d’avoir une réputation usurpée. Elle se hisse magistralement dans le peloton de tête des toutes meilleures platines. Et peut-être la meilleure tout simplement quand on regarde son prix de vente. L’investissement qu’elle représente en vaut vraiment la peine et s’inscrira dans le très long terme. D’autant qu’il faut préciser que cette platine peut faire l’objet de plusieurs évolutions significatives. Mais ceci est une autre histoire. En l’état actuel des choses, La Kusma Stabis S s’avère selon moi l’une des deux ou trois meilleures platines vinyles que j’ai pu écouter.

 

 

 

 

Essai Préampli phono GOLD NOTE PH-10 v2 avec son alimentation PSU-10

Le préampli phono GOLD NOTE PH-10 v2 peut se voir adjoindre une alimentation externe baptisée PSU-10. Celle-ci reprend le même type de format et de boitier que le préampli PH-10 v2. Si ce dernier a été l’objet d’une importante évolution dans sa dernière version « v2 » il est néanmoins intéressant de savoir ce que peut apporter une alimentation externe. Est-ce que l’apport est vraiment significatif ? J’avais pour ma part hâte de découvrir cette option.

En fait le suspense est de courte durée. Car à peine branché le PSU-10 propulse (le mot n’est pas trop fort) le préampli PH-10 à un niveau de qualité très nettement supérieur. A tel point que l’on peut dire que l’on change réellement de préampli phono. On bascule dans le haut, voire le très haut de gamme. L’ensemble PH-10 v2/PSU-10 devient une véritable référence en matière d’écoute de vinyles et, ce pour un prix de vente global, 2 340 euros, tout à fait raisonnable compte tenu de ses prestations.

Je ne fournirais pas ici de compte rendu d’écoute car l’amélioration est telle qu’elle joue sur absolument tous les registres et que l’on risque de me croire trop flatteur. Je préfère vous inviter à lire les deux « témoignages » de clients qui figurent sur la rubrique « Paroles de clients » de mon site Internet. Ils seront plus éloquents. En voici deux courts extraits :

« Dès les premières notes écoutées, on se rend compte que le préampli PH-10 a atteint un          niveau de restitution incroyable (en tout cas je ne soupçonnais pas du tout ce résultat). »

« Ce Gold Note PSU-10 est une redoutable surprise qui littéralement transcende le préampli phono Gold Note PH10. Le rapport qualité/prix est encore une fois présent. Bravo ! »

La suite est à lire ici : http://chantlibre.com/preampli-goldnote-psu-10.asp

 

Préampli phono GOLD NOTE PH 10 v2 : Une nouvelle version, unique à plus d’un titre.

J’ai consacré en mai 2019 un essai comparatif de mes trois préamplis phonos « préférés », à savoir le LEHMANN BLACK CUBE SE II, le AURORA PRIMA et pour finir le GOLD NOTE PH 10.

J’aimerais aujourd’hui revenir sur l’un d’eux, récemment « upgradé » par son fabricant, à savoir le GOLD NOTE PH 10.

Préampli phono Gold Note PH 10

En fait cette nouvelle version s’avère être bien plus qu’une simple évolution mais plutôt un véritable bouleversement, tant les qualités musicales ont été améliorées.

Tout d’abord ce qui frappe c’est le silence de fonctionnement. Le bruit de fond a sensiblement reculé et nous permet de gagner en détail et en finesse. Ensuite la dynamique surprend, le PH-10 était beau mais un peu « sage », cette version v2 est plus belle encore et cette fois avec une dynamique assez époustouflante. Chaque morceau de musique s’enrichit d’un vie propre qui s’avère plus communicative et plus enthousiaste.

Enfin la neutralité est meilleure, ce qui permet une variété et une qualité de timbres qui rend vraiment justice aux cellules (MM ou MC) de qualité.

Un mot maintenant sur la sortie symétrique (XLR). Elle constitue un atout supplémentaire non négligeable. Pour ceux qui ont la possibilité de raccorder le PH 10 de cette manière à leur ampli ou préampli, je vous recommande fortement de le faire ! L’écoute est réellement un cran au dessus de la version sortie RCA.

Cette version « V2 » du GOLD NOTE PH 10 frappe fort. Quand on sait qu’il existe une alimentation externe, baptisée PSU 10, capable d’en décupler encore les performances (et que je testerais prochainement), on se dit que ce GOLD NOTE PH 10 V2 a d’énormes atouts pour lui. Un incontournable est né !

Signalons pour finir que le fabricant GOLD NOTE offre la possibilité (rare !) de faire évoluer un PH 10 en PH 10 v2. Un effort louable qu’il faut impérativement souligner.

Je rappelle ci-dessous l’ensemble des réglages et possibilités du GOLD NOTE PH 10 v2 dont plusieurs sont uniques sur ce genre d’appareil.

PREMIER PREAMPLI PHONO  avec deux paires d’entrées RCA, une paire de sorties symétriques XLR et  et 6 courbes d’équalisation.

Ces 6 courbes EQ permettent de passer de la courbe RIAA, reconnue au niveau international, à la courbe DECCA-LONDON ou AMERICAN-CBS-COLUMBIA, toujours représentée graphiquement sur l’écran frontal. Il est encore possible d’améliorer chaque courbe avec un design propriétaire moderne Gold Note pour des résultats supérieurs.

Le PH-10 peut être réglé avec 4 niveaux de GAIN différents [-3 dB, 0 dB, + 3dB, 6 dB] pour correspondre avec précision au niveau de sortie de toute cellule MM ou MC.

La configuration parfaite est garantie avec 9 options LOAD différentes [10Ω, 22Ω, 47Ω, 100Ω, 220Ω, 470Ω, 1000Ω, 22KΩ, 47KΩ] qui  permettent d’ajuster rapidement le préampli à la quasi-totalité des cellules.

Le PH-10 affiche tous les détails sur son écran couleur de 2,8 pouces optimisé par la technologie SKC – Single Knob Control – de Gold Note. Un système de contrôle intuitif développé pour parcourir et sélectionner facilement toutes les fonctions de l’appareil avec un bouton rotatif unique.

Avec deux entrées RCA distinctes, il est possible de connecter deux bras de lecture différents et régler les paramètres indépendamment pour chaque cellule.

Fabriqué en aluminium usiné massif, le corps de coque garantit une résonance basse fréquence, un contrôle de vibration par rétroaction et un champ inertiel magnétique faible.

Chaque PH-10 est fabriqué à la main en Italie. Le niveau de qualité répond au plus haut niveau tout au long de la production: de l’usinage CNC à l’assemblage et enfin aux tests électroniques sur PC.

L’unité peut être alimentée de manière externe par l’alimentation inductive externe dédiée PSU-10 pour améliorer encore les performances.

Ecoute comparative LEHMANN Black Cube SE II, GOLD NOTE PH 10 et AURORA Prima

Après avoir analysé les possibilités de ces trois appareils, l’heure est venue de les écouter. Pour cela j’ai retenu une platine vinyle GOLD NOTE Pianosa équipée d’une cellule MC HANA EL. Un ensemble déjà très performant et dont le coût est de 3 000 euros.

Platine Gold Note Pianosa

Ecoute LEHMANN BLACK CUBE SE II : Cet appareil est sur le marché depuis déjà un bon moment. Sa réputation est grande, voire très grande. Il occupe l’une des premières marches du podium dans les pré-amplis de qualité à tarif encore raisonnable. Ce qui caractérise le Black Cube SE II c’est avant tout sa vivacité et son équilibre. La musique est vivante, la dynamique impressionnante. Très peu de pré-ampli phono sont capables d’offrir une telle capacité à retranscrire toutes les gammes dynamiques, petites et grandes. Par ailleurs l’écoute n’est jamais projetée ou agressive. Aucune sifflante même sur des messages musicaux difficiles. Très silencieux le Lehmann respecte les nuances et articule les notes avec délicatesse si nécessaire. Au bout du compte il est difficile de reprocher quelque chose à cet appareil, surtout pour son prix et l’on comprend pourquoi il demeure encore aujourd’hui un Best Seller.

Voyons maintenant comment se comporte le Gold Note PH 10.

Ecoute GOLD NOTE PH 10 : Les possibilités de réglages sur cet appareil étant nombreuses, comme nous l’avons vu précédemment, il faut un peu de temps avant de paramétrer idéalement le PH 10. Dès que l’on a réglé au mieux ce pré-ampli, on perçoit de suite une musicalité souple et harmonieuse. Sans rondeur mais avec une suavité assez exquise. La musique s’épanouit avec aération et un grand respect des timbres. Le PH 10 s’avère subtil, nuancé, probablement va t-il plus loin que le Lehmann Black Cube SE II sur ce registre. Il joue la carte d’une grande neutralité en se montrant moins enjoué que le Lehmann. Plus sage et peut-être plus beau que ce dernier, il propose plus qu’il n’impose.

Ecoute AURORA PRIMA : C’est lui le « petit » dernier » qui vient d’arriver et qui veut jouer dans les cour des grands. Avec une marque par ailleurs si réputée cela peut sembler normal. Mais la concurrence du Lehmman et du Gold Note place la barre très très haut. Alors, écoutons ! L’expression qui vient à l’esprit des les premières notes, c’est : « La classe ! » Ce pré-ampli joue la carte du raffinement, comme son ainé le modèle Vida sait si bien le faire. La musique s’harmonise serait-on tenté de dire. Car si les détails sont présents et riches, ils s’insèrent dans un ensemble d’une grande homogénéité sans flatterie d’aucune sorte. Aucune esbroufe, juste la musicalité qui s’écoule naturellement. Moins vif que le Lehmann, moins suave que le Gold Note, il s’efface humblement et laisse l’auditeur averti apprécier cette grande qualité. Ce Prima pourra indéniablement s’associer à des platines vinyles de très haut niveau et à des cellules bien supérieures à la HANA EL que j’ai utilisé pour ce test. Néanmoins cette petite HANA EL demeure pour son prix, surtout lorsqu’elle est associé à l’un de ces trois pré-amplis phono, une référence absolue.

Cellule MC HANA EL

Les liens vers les fiches des appareils :

https://www.chantlibre.com/preampli-lehmann-black-cube-se-ii.asp

https://www.chantlibre.com/preampli-aurorasound-vida-prima.asp

https://www.chantlibre.com/preampli-goldnote-ph10.asp