Compte rendu d’écoute GIGAWATT PC2 EVO + : Un apport (en La !) Majeur

J’ai voulu tester le nouveau PC2 EVO+ (avec cordon LC1+, 2 690 euros) en comparaison avec l’excellente barrette secteur GIGAWATT PF-2 (avec cordon secteur LC2 +, 1 290 euros).

Voici le compte rendu de cette expérience en « douze impressions d’écoute ».

La « sérieuse » barrette secteur GIGAWATT PF-2

Petite précision : le PC2 EVO + vient de sortir de son carton. Il n’est donc ni à température ni encore rôdé.

Disque 1 : Piano, György Ligeti par Lucille Chung

Première impression :

La durée des notes. Elles n’en finissent plus ! Les harmoniques sont étendues, délicates et avec une clarté sans pareille.

Deuxième impression :

Le silence. Après l’extension des notes, le silence est…vraiment impressionnant. Je ne sais plus qui a dit que le silence, c’est encore de la musique. Alors là je confirme ! C’est un silence clair qui participe pleinement à la construction musicale.

Troisième impression :

La dynamique. Les attaques du marteau sur les cordes du piano sont ressenties…mécaniquement ! Il ne s’agit plus d’un impact bruyant mais d’un coup martelé avec précision. Chaque attaque est ainsi rendue avec une précision impeccable.

Disque 2 : Piano toujours, cette fois Jean-Philippe Rameau par Alexandre Tharaud.

le conditionneur secteur PC2 EVO +

Quatrième impression :

Le chant. Quel Chant ! Les notes chantent avec une harmonie jusque là inouïe. On peut parfaitement fredonner TOUTES les notes jouées par Alexandre Tharaud, qui n’en finit pas de nous envoûter.

Cinquième impression :

L’articulation. Si le piano chante aussi bien c’est que chaque note est jouée sans interférence avec les autres. Tout est lié ou plutôt on parle de délié car les doigts se déplacent avec distinction, délicatesse, fermeté, rapidité.

Sixième impression :

La fluidité. L’agilité des mains de Tharaud est absolument incroyable. Comment se fait-il que je ne l’avais pas remarqué à ce point ? Tout coule de manière limpide.

Disque 3 : Rock indépendant (et passablement hypnotique) avec le groupe Brian Jonestown Massacre et son dernier album Third World Pyramid

Septième impression :

La mise en place. Chaque instrument est parfaitement distinct des autres. Tout est détaché mais joue parfaitement ensemble. On écoute plus un groupe mais un groupe de…musiciens !

Huitième impression :

La scène sonore. L’étagement des plans sonores est plus large. La sensation stéréophonique est améliorée. On ressent plus de relief.

Neuvième impression :

L’étendue de la bande passante. Le bas du spectre descend mieux et donne du poids. La présence est accrue. Les notes les plus aigus sont restituées avec plus de naturel et beaucoup moins de raideur. On entend plus de détails.

Disque 4 : Caldara interprété par le magistral contre-ténor Philippe Jaroussky

Dixième impression :

La réponse aux transitoires. La rapidité, la vivacité des cordes, l’instantanéité dans l’intervention de la voix, sont telles que l’on a l’impression que les musiciens sont plus vifs. Ils sont surtout…plus vivants !

Onzième impression :

La matière. Si l’on gagne en présence, on gagne également par la consistance. Chaque instrument, chaque voix, prend sa place avec un côté plus physique et plus charnel.On a une dimension nouvelle qui donne du corps à chaque chose.

Douzième et dernière impression :

Le souffle. La reproduction sonore s’est tellement améliorée sur les onze points vus précédemment que l’on ressent à l’écoute un souffle nouveau. Comme si le système Hi-fi était (en fait il l’est!) plus à l’aise. Moins gêné aux entournures, la musique respire aisément. Même dans les passages délicats le message reste clair, aéré et ne …s’essouffle pas !

Conclusion :

La barrette secteur GIGAWATT PF-2/LC2+ constitue un apport musical important. Elle représente déjà un coût mais qui à l’écoute est totalement justifié. Même sur un « petit » système ».  A tel point que l’on peut se dire : « A quoi bon encore dépenser plus ? »

Pourtant, lorsque l’on a le malheur, (ou plutôt le bonheur  !), de tester un conditionneur GIGAWATT PC2 EVO +, on bascule dans un tout autre univers musical.

A tel point que la différence, on l’aura compris à la lecture de ce compte-rendu,  est telle que l’écart de prix entre la barrette PF-2 et le PC2 EVO + semble faible, presque dérisoire. Il paraît impossible de revenir en arrière et de faire « supporter » à ses oreilles une barrette PF-2 !

Je suis prêt à effectuer avec qui le souhaite un test comparatif. Le constat sera évident, encore plus qu’il ne l’a été jusqu’à maintenant avec les autres produits GIGAWATT. La marque a fait, et nous fait faire, un grand bond en avant.

Acheter ce conditionneur secteur (ou un autre des trois modèles de la gamme PC) doit être pris en compte de façon prioritaire lorsque l’on souhaite faire évoluer son système Hifi d’une manière simple et spectaculaire.

Trouver un appareil, ou quoi que soit d’autre, câbles, cordons, qui pour moins de 3 000 euros apporterait à l’écoute autant d’améliorations majeures que le PC2 EVO+ semble une totale gageure. Qui me prouvera le contraire ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *